Amapp du Gâtinais

Explosion du gros gibier : suite

vendredi 6 février 2009 par Guylaine

Un article retransmis par Roger

Echo Nature
Le magazine d’information environnementale

En 2008, le Fond de garantie automobile (FGA) a indemnisé près de 26 000 accidents de la route causés par des animaux sauvages. L’augmentation est nettement significative par rapport à 2007, qui enregistrait 11 223 cas, et elle s’explique par la prolifération d’espèces comme le chevreuil ou le sanglier. La majorité de ces accidents ne provoque que des dégâts matériels, mais le FGA chiffre tout de même à 664 les cas d’accidents corporels.

Dans la liste des animaux peu regardants du code de la route, les chevreuils, puis les sangliers, détiennent le record. Plus de 20 000 accidents sont dus au grand gibier, et concernent tout particulièrement les départements de la Gironde, des Landes et la Dordogne. La Seine-et-Marne, qui cumule d’importantes surfaces boisées avec un dense réseau routier, est en tête pour les collisions avec les sangliers. Les sangliers ont, en effet, vu leur population multipliée par quatre en dix ans, grâce à un formidable taux de reproduction, passant de deux portées (5 à 7 petits par laie) tous les dix-huit mois à trois portées tous les deux ans. Cette envolée démographique est également le résultat des capacités d’adaptation de l’espèce qui se rapproche de plus en plus des zones urbanisées et des champs de maïs pour se nourrir et fuir les chasseurs.

Pour le chevreuil, la population sur le territoire français est aujourd’hui estimée à près de deux millions, soit sept fois plus qu’il y a 25 ans. D’après l’ONCFS (1), cette prolifération du chevreuil est liée, ces dernières années, à des printemps plus doux qui favorisent la survie des jeunes. La tempête de 1999 aurait, elle aussi, joué un rôle dans cette croissance démographique car, créant de vastes espaces de chablis et de fourrés impénétrables, elle a offert à la faune des sites très favorables. La récente tempête Klaus qui s’abattit sur le Sud-Ouest risque très certainement d’avoir les mêmes conséquences. Mais avec les chevreuils et les sangliers, des espèces plus petites, telles les lapins et autres petits carnivores, sont elles aussi responsables d’accidents. Prudence donc.
> Elisabeth Leciak


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 471 / 94389

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos engagements  Suivre la vie du site Les rendez-vous de l’environnement  Suivre la vie du site L’explosion du gros gibier   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License